Un jus d’orange pressé au Berbère Palace de Ouarzazate

Berbère palace

L’on revient toujours sur les lieux aimés comme sur les lieux du crime. Douze ans après une première initiation , nous voilà donc au Berbère Palace.  Superbe établissement hôtelier, lieu de villégiature des stars hollywoodiennes en tournage.  A 600 euros la nuitée, l’on peut comprendre aisément le cérémonial du service d’accueil, la corbeille de fruit de saison qui vous attend dans la chambre et le lit moelleux qui vous invite à l’oubli.

Cependant, ce n’est ni le buffet prestigieux qui va jusquà  proposer un jus de concombre dans sa panoplie de produits exotiques, encore moins la piscine  et ses abords, indispensable sous la chaleur torride qui caractérise Ouarzazate en juillet –août, qui retiennent le chaland.  C’est ce jus d’orange pressé sous vos yeux et dont la fraîcheur suffit à entretenir la forme toute la journée.  Un jus d’orange plein sans colorants et sans astuces, servi dans un verre simple et sec.  Ce qui retient dans cet hôtel conçu par l’un des inspirateurs de la vision touristique du Maroc 2000-20010,  ce sont les belles senteurs de l’eau de rose, les promenades fleuries et le calme qui se dégage des lieux.  Ce qui restera longtemps après cette incursion rapide, au-delà des imposantes statues de quelques héros antiques  films hollywoodiens, des pièces artisanales rares, c’est cette climatisation naturelle, produit de l’architecture berbère,  que l’on gagnerait à développer par ces temps où il est question de COP22, de développement durable et autres expressions à la mode.  Je reviendrai certainement au Berbère Palace mais sans passer par le col de Tichka et ses 2000 m d’altitude qui vous en font voir de toutes les couleurs entre Marrakech et Ouarzazate.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>